04 42 34 59 16 - Ouvert tous les jours de 9h00 à 12h00, sauf le dimanche et jours fériés.

Post a comment

AUTOGIRE

L’AUTOGIRE est un aéronef muni d’un rotor dont le mouvement n’assure que la sustentation de l’appareil (à la différence de l’hélicoptère), la propulsion est garantie par une hélice entrainée par un moteur. La direction est réalisée par une dérive située dans la partie postérieure de l’appareil et par l’inclinaison latérale du plan du rotor en virage.

Créer en 1923 par l’ingénieur Espagnol « Juan de la Cervia » ce concept appelé « autogiro » a connu un essor important dans les années 1930. Le premier vol de l’autogire aura lieu en Espagne à Getafe le 9 janvier 1923

Un autogire est un aérodyne qui ressemble à un hélicoptère. Le rotor possède des libertés de mouvement pour assurer le fonctionnement de l’appareil. Les autogires sont réputés très stables en vol (inertie gyroscopique du rotor) à condition que leur pilotage respecte les plages de manœuvre autorisées. Leur pilotage est différent de celui d’un avion.

Pour décoller, les pales du rotor peuvent être momentanément couplées au moteur qui entraîne normalement l’hélice de propulsion. Lorsque le rotor a atteint une vitesse suffisamment importante, le système est débrayé et le rotor tourne alors en autorotation sous l’effet du vent relatif provoqué par la vitesse.

Les autogires ont été brièvement utilisés avant la mise au point de l’hélicoptère. Longtemps délaissés au profit des hélicoptères, car l’autogire ne pouvait pas voler de manière stationnaire et avait besoin de plus de place pour décoller, les autogires furent oubliés. Ils furent réintroduits dans les années 1950 par l’Américain d’origine russe Igor BENSEN alors que seuls des passionnés utilisent ces engins pour le loisir.

L’évolution des techniques (matériaux composites, moteurs puissants et légers) a contribué à la faisabilité des autogires. Ils reviennent sur le devant de la scène grâce à leur maniabilité, leur faible encombrement et leur faible coût global de fonctionnement rapporté à celui d’un hélicoptère. La production d’autogire va du simple engin monoplace, au prototype militaire pouvant transporter une charge importante. Ils sont surtout utilisés pour l’observation et le loisir.

L’autogire exposé a été construit par 2 techniciens de l’Aérospatiale et offert au musée de Saint-Victoret par Mr. SARDOU, viticulteur à Gignac-la-Nerthe.

http://www.aero-hesbaye.be/dossiers/Autogire/Autogire.html

Le C-6 de Juan de la CIERVA (1925)