04 42 34 59 16 - Ouvert tous les jours de 9h00 à 12h00, sauf le dimanche et jours fériés.

Post a comment

Le MITSUBISHI A6M

Le Mitsubishi A6M est un chasseur-bombardier japonais léger embarqué utilisé par la Marine Impériale Japonaise de 1940 à 1945.

Le premier prototype du Mitsubishi A6M vola le 1er avril 1939 et la production débuta en juillet de la même année.

Le Mitsubishi A6M est pourvu d’une excellente manœuvrabilité, d’une puissance de feu importante (en 1940) et d’un très long rayon d’action. Cette supériorité pèsera lourd sur la décision et le choix des Japonais de lancer l’attaque contre PEARL HARBOR.

Le Mitsubishi A5M entrait juste en service au début de l’année 1937 lorsque la Marine Impériale Japonaise se mit à la recherche d’un éventuel successeur. En mai, elle avait établi un cahier des charges pour un nouveau chasseur embarqué qui fut transmis aux compagnies aéronautiques Nakajima et Mitsubishi. Les deux entreprises commencèrent leur travail tout en attendant d’autres éléments.

Se basant sur l’expérience de l’A5M en Chine, la Marine japonaise demanda des spécifications complémentaires, notamment une vitesse ascensionnelle de 6 000 m en 9 min et exigea 500 km/h à 4 000 mètres. Un rayon d’action de 2 heures à puissance normale qui devait monter jusqu’à 6 ou 8 heures en vitesse économique avec des réservoirs supplémentaires. L’armement devait comporter deux canons de 20 mm et deux mitrailleuses de 7,7 mm. L’avion devait pouvoir emporter deux bombes de 30 ou 60 kg et devaient être pourvus d’un équipement radio. La manœuvrabilité devait être au moins aussi bonne qu’avec l’A5M, et l’envergure être inférieure à 12 m pour pouvoir tenir sur les porte-avions.

La compagnie aéronautique Nakajima trouva les nouvelles exigences impossibles à réaliser, mais le chef de l’équipe de Mitsubishi Jiro Horikoshi, déjà concepteur de l’A5M, convint qu’elles pouvaient être respectées à la seule condition de fabriquer l’avion aussi léger que possible. Ainsi, tout était mis en œuvre pour gagner en poids et les concepteurs firent un usage intensif d’un nouvel alliage d’aluminium, l’Extra Super Duraluminium (ESD) mis au point par Sumitomo Metals.

Alors que le nom de code officiel utilisé du côté allié pour cet avion était Zeke, il était plus connu sous le nom de Zero dans la Marine impériale japonaise et sous la désignation complète de Chasseur embarqué de Type 0, officiellement abrégé en Rei-sen du côté japonais.